Les pauvres et les ouvriers

Les pauvres

Nous nous portons d’abord avec une charité débordante de zèle et de dévouement vers les pauvres. Ceux qui souffrent de l’insécurité, de l’abandon, de l’injustice ou qui se trouvent dans une extrême détresse ont nos préférences.

En face de la misère sous toutes ses formes, nous aurons à cœur de révéler au monde le vrai visage de l’Église, dépositaire fidèle de la miséricorde et de la charité du Christ.

Collaboration avec la Société de St-Vincent de Paul

ssvp logo

Pour améliorer efficacement le sort des pauvres et promouvoir leur dignité humaine et chrétienne, nous saurons susciter de nombreux dévouements ainsi que collaborer avec la Société de Saint Vincent de Paul et les divers services sociaux.

Frédéric Ozanam fonda la Conférence de Charité le 23 avril 1833. Quelques mois plus tard, en novembre de la même année, Jean-Léon Le Prevost se joint au groupe de la Conférence. Sous son impulsion, la Conférence prendra le nom de Saint-Vincent de Paul le 4 février 1834. Et pour la première fois dans les procès-verbaux de la SSVP, le 8 décembre 1835, on parle de la « Société de Saint-Vincent-de-Paul, dont Emmanuel Bailly est président et M. Le Prevost vice-président » (jusqu’en 1839).

Risultati immagini per frederic ozanamImmagine correlata

Un brin d’histoire charitable qui uni Ozanam et Le Prevost …

 « Au cours de ses visites charitables, M. Le Prevost avait eu l’occasion de découvrir, près du Panthéon, rue des Grès, une maison de correction pour jeunes gens. Il conçut le projet de soutenir et de catéchiser ces jeunes détenus. Grâce à l’intervention de son ami avocat Levassor, M. Le Prevost en obtint la permission le 8 juillet 1834. Avec Ozanam et d’autres confrères, M. Le Prevost commença l’œuvre en août 1834. Les visites se poursuivront jusqu’en 1836 ».  

Commentaire n. 57 des Lettres de JLLP.

Les ouvriers

Nous voyons également dans les ouvriers, surtout les plus pauvres, un champ missionnaire privilégié. À nous de bien connaître leurs conditions d’existence, de pénétrer leur mentalité et de vivre près d’eux, afin de les évangéliser et de les former aux vertus humaines et chrétiennes, de les aider à défendre leurs intérêts légitimes.

Fidèles à la doctrine sociale de l’Église, nous leur révélerons la grandeur éminente du travail, moyen d’unir les hommes entre eux, achèvement de la création et participation à la rédemption.

Les délaissés

S’il est impossible de dresser la liste complète des personnes auxquelles s’adresse notre zèle, de nouvelles misères surgissant au gré des temps, énumérons entre autres :

  • les enfants des foyers désunis
  • les orphelins
  • les travailleurs étrangers
  • les émigrés et les exilés
  • les chômeurs
  • les délinquants
  • les anciens détenus
  • les malades
  • les vieillards
  • les handicapés

Pin It on Pinterest